Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Naturalia - sciences naturelles
  • : un regard sur les sciences naturelles, la biologie et l'écologie - observations naturalistes et microscopie
  • Contact

Recherche

12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 23:17
Certains protozoaires sont de redoutables prédateurs. Parmi ceux-ci, les suctoriens dont la technique de capture est digne des créatures extraterrestres d'un film de SF...

Acineta est l'un d'entre eux. Le zoïde est contenu dans une lorica à parois fines dans la forme évoque un calice dont les bords sont accolés, à l'exception de deux ouvertures latérales laissant passer un bouquet de tentacules. Les tentacules sont regroupées en faisceaux, au nombre de deux (chez certaines espèces il y en a 3) et sont présentent un renflement terminal. Il y a une dizaine de tentacules par faisceau.

Dans le calice, une vacuole est visible, constituée du regroupement périodiques de petites vacuoles qui s'anastomosent. Lorsque la vacuole se contracte, un canal d'excrétion devient visible. Un macronucléus ovoide peut être discerné. Le pied, stipe rigide, est ici aussi long que le zoïde.











Le premier spécimen observé se présentait latéralement. Peut-être à cause de la manipulation de la lamelle ou de l'écrasement du protozoaire, les tentacules sont restées contractées, invisibles à l'intérieur de la lorica. La pulsation rythmique de la vacuole et le noyau ont été observés.



Une recherche ultérieure à permis de trouver un autre spécimen aux tentacules visibles. l'Acineta se présentant obliquement, la mise au point ne pouvait se faire que sur un groupe de tentacules à la fois. Le temps de passer à l'objectif à immersion, l'Acineta avait capturé un cilié hypotriche de belle taille. Immédiatement, le cilié fut immobilisé, pris au piège de 7 ou 8 tentacules munis à l'extrémité d'une sorte de ventouse. Ces tentacules se mirent à pomper le cytoplasme de la proie qui se vit  en 45 minutes littéralement vidée. A un grossissement de 1000x on pouvait apercevoir le flux nourricier à travers les tubes et l'on constatait la prolifération, dans le zoïde, des vacuoles digestives.





Acitena
ne doit pas être confondu avec Podophrya, autre suctorien se présentant comme un cône sessile, qui ne possède pas de lorica. Tokophrya est aussi un autre genre de suctorien de forme conique, mais ne possédant pas, non plus, de lorica. Acinetides ressemble à Acineta, avec un pied qui, dans ce genre (qui ne comporte qu'une seule espèce) contient du cytoplasme. Acinetides a été découvert dans le lac Baikal et semble parasiter un crustacé, tout comme Canellana.

Notre Acineta se trouve sur une algue verte sans doute un Oedogonium. Le cycle reproductif est intéressant : l'organisme bourgeonne à l'intérieur du lorica et génère des formes télotroches qui sont ciliés. Ces immatures se fixent à nouveau et acquièrent lorica et tentacules.

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice Dx - dans Microscopie
commenter cet article

commentaires