Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Naturalia - sciences naturelles
  • : un regard sur les sciences naturelles, la biologie et l'écologie - observations naturalistes et microscopie
  • Contact

Recherche

18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 00:36
Parmi les ciliés, certains se distinguent par une forme lancéolée élégante, un corps ovale effilé aux extrémités dont l'antérieure se prolonge d'un proboscis, parfois très long, aplati. Plusieurs espèces de la classe des Litostomatea et de la sous-classe des Haptoria, présentent cette morphologie, mais ils peuvent se distinguer par la taille et la position du cytostome. Ce dernier est subapical, en retrait par rapport à l'extrémité antérieure, se prolongeant le long du proboscis. La cellule est latéralement comprimée particulièrement aux extrémités.

 

J'ai observé de tels ciliés. Progressant avec lenteur, il sont de taille moyenne bien que les plus longs dépassent 300 microns. La cellule est ovoide et recouverte par des cils bien visibles, espacés et disposés plus ou moins en lignes parallèles longitudinales. La ciliature est plus apparente aux extrémités. Deux macronucléus situés au milieu du corps sont facilement observables et l'on constate, à la base de la « queue » la pulsation lente de la vacuole contractile. Ces ciliés explorent du proboscis la surface des débris végétaux et peuvent ingurgiter de grosses proies. La région antérieure est courbée comme une nuque et elle est ciliée uniquement dans sa partie droite. Il y a cependant une ciliature adorale régulière le long du proboscis.

les spécimens présentés à gauche se distinguent par un col relativement peu contractile, court, flexible.

En cherchant parmi les Haptoria, j'ai écarté Dileptus et Amphileptus à cause de l'absence d'autres vacuoles que celle observée à l'extrémité postérieure. De plus les spécimens ne présentent pas les ondulations du bord antérieur caractéristiques du Loxophyllum. Litonotus sp. s'impose, à mon avis, comme détermination du genre. Je me hasarderai pas à préciser l'espèce.

 

On trouve aussi d'autres spécimens, relativement petits, hyalins, qui se caractérisent par des bandes parallèles se distinguent. La ciliature est visible sur tout le corps, il semble que des cils sont visibles tout autour de la partie antérieure.




















Les deux spécimens suivant se distinguent par un col beaucoup plus long, souple, assez extensible.au point que je me suis demandé si je n'avais pas affaire à un Lacrymaria olor. Mais chez cette espèce le proboscis peut s'allonger démesurément, explorant avec habileté le moindre recoin en quete de proie. Ici la taille du proboscis, meme en extension, ne dépasse pas la moitié du corps.

Litonotus cygnus me semble être l'espèce la plus probable


.




















 

Partager cet article

Repost 0
Published by Patrice Dx - dans Microscopie
commenter cet article

commentaires